Alain Lallemand, Ma plus belle déclaration de guerre

29/9/14 : Alain Lallemand, Ma plus belle déclaration de guerre, Luce Wilquin. Roman

Alain Lallemand et Evelyne GuzyAujourd’hui, nous allons aborder un ouvrage qui, par le biais de la fiction, nous plonge au cœur de l’actualité. Et pas par hasard : son auteur, Alain Lallemand, s’est déjà distingué comme journaliste d’investigation. Les lecteurs du journal Le Soir se souviennent certainement de ses reportages sur les terrains de guerre les plus chauds de la planète ou de ses enquêtes documentées sur les milieux de la mafia ou des sectes. Alain Lallemand enseigne également le journalisme de récit à l’Université catholique de Louvain. Ma plus belle déclaration de guerre est son troisième roman. Il est publié chez un éditeur belge, Luce Wilquin, dont nous avons déjà parlé.

Roch, le héros de Ma plus belle déclaration de guerre est médecin de la Croix rouge. Il passe sa vie loin de chez lui, la Suisse, où il délaisse son fils. Chargé de monter des hôpitaux dans des zones de conflit, il se passionne pour son métier. Non seulement parce que la cause qu’il sert est noble, mais aussi parce son travail provoque en lui une montée d’adrénaline dont il ne peut se passer : « Approcher le danger, c’est croquer de l’extase », nous confie Roch.

Nous sommes en 2008, et Roch est chargé d’ouvrir un hôpital dans une zone contrôlée par les Talibans, en Afghanistan. Pour réussir sa mission, il projette de rencontrer le mollah Omar, ce dirigeant de la guérilla disparu en 2001, juché sur sa motocyclette, alors qu’il était poursuivi par les Américains. Cet objectif n’est pas du goût des services secrets occidentaux, qui déploient une activité intense dans la région, mais ne peuvent officiellement contrer le projet de la Croix rouge. Une grande partie du territoire semble cependant hors de leur contrôle. Elle régentée tant par les Talibans que par des brigands qui s’adonnent à toutes sortes de trafics, les uns collaborant avec les autres. Le travail de Roch va s’avérer périlleux. Les écueils qu’il traverse l’aideront cependant à voir clair en lui.

Alain Lallemand nous entraîne dans une réflexion sur des thèmes tels que les limites de la neutralité, la puissance et les droits qu’elle s’arroge sous masque du bien. L’héroïsme lui-même est questionné : ne dissimule-t-il pas, parfois, une fuite de la réalité, une négligence de ceux qui nous sont le plus proches ?

En lisant Ma plus belle déclaration de guerre, on est également frappé par le don d’observation d’Alain Lallemand, la précision de ses descriptions. Le nom des oiseaux qui peuplent la forêt afghane nous est révélé, tout comme celui de chaque arme, chaque drone qui hante son ciel. Nous ressentons physiquement les sensations provoquées par le danger et sommes amenés à comprendre les rites tribaux d’une partie reculée de l’Afghanistan.

Ma plus belle déclaration de guerre est un de ces livres auxquels on s’accroche car l’écriture est prenante, le héros attachant et l’histoire passionnante.

Si vous avez du temps libre ce week-end, je vous invite à participer dimanche à 15 heures à un événement poétique, musical et humaniste gratuit, organisé par le collectif J’écris ton nom fraternité, représenté par Rachid Barghouti, Serge Noël et Danielle Perez. Il aura lieu au théâtre Le Public (Rue Braemt 64-70 à 1210 Bruxelles). L’initiative est née face au climat pesant qui règne parfois lorsque les désaccords politiques séparent les citoyens face aux guerres et conflits hors de chez nous. Que le vent de l’automne chasse l’été de la haine !, tel est le titre de cet événement. Les initiateurs nous invitent à être « d’accord de ne pas être d’accord » autour d’un partage de textes, de poèmes, de chansons dans un esprit d’ouverture. Au programme : Musiques et lectures de poèmes, par Sam Touzani, Patricia Ide, Michel Kacenelenbogen, Claude Semal, Richard Ruben, Mukti. Débat, avec Jacques Sojcher, Chemsi Cheref Khan et Michel Gheude – Modérateur : Benoit Feyt. Réservation indispensable au numéro gratuit 0800/944.44. Plus d’infos sur la page Facebook de l’événement.

La semaine prochaine, nous nous offrirons d’autres rebondissements, bien de notre époque également. Je parlerai du livre d’Éric Russon, Crispations, paru chez un nouvel éditeur belge : Lamiroy et j’inviterai Marc Hermant à partager avec nous ses impressions sur le livre de notre chroniqueuse BD, Sophie Flamand, Fusion, paru chez le même éditeur.

Ecouter l’interview d’Alain Lallemand : Melting Pot 290914

 

Une réflexion au sujet de « Alain Lallemand, Ma plus belle déclaration de guerre »

  1. Ping : Tous les lundis à 12 h 30 sur BXFM 104.3, on dévore des livres! | EVELYNE GUZY

Les commentaires sont fermés.