Patrick Delperdange, Patrick Delperdange est un sale type

Le 24/3/2014 : Patrick Delperdange, Patrick Delperdange est un sale type, Onlit Books. Polar

L’imagination foisonnante de Patrick Delperdange, suscite, semblerait-il, l’envie d’écrivains moins chanceux que lui. C’est sur ce ressort que repose Patrick Delperdange est un sale type, une autofiction, c’est-à-dire un livre dont l’auteur se place lui-même au centre de l’intrigue. Delperdange a – c’est vrai – emporté le Prix Simenon en 1987 pourMonk, édité chez Le Cri. Parmi les candidats malheureux – et là, j’ai de sérieux doutes – un certain Barnabé Rudge. Beau joueur, il téléphone à Patrick vingt ans après, et lui offre une Porsche Cayenne, rien de moins. Dans la boîte à gants, un revolver se dissimule cependant… Nous voilà donc lancés dans une enquête à travers Bruxelles et ses cafés, de la Maison du Peuple à l’Ultime Atome. Delperdange nous embarque avec humour dans l’histoire improbable de son double, sans cesse piégé par son besoin d’être reconnu et son désir de séduire. Nous sommes dans l’autodérision la plus totale, et c’est un véritable délice pour le lecteur !

Quel est cet auteur qui se qualifie lui-même de sale type ? Patrick Delperdange est un personnage atypique, c’est sûrEcrivain bruxellois prolixe, il s’est distingué dans le domaine de la littérature jeunesse, dans le scénario de bande dessinée, le polar et le roman. Je garde un souvenir particulièrement marquant de Chants des gorges, paru chez Sabine Wespieser en 2005. Un livre cruel, perturbant, qui nous met dans la peau d’un enfant assassin. Je vous l’ai dit, Patrick Delperdange est un sale type…

Son livre déjanté est porté par une maison d’édition qui n’a pas froid aux yeux. Onlit Books est un éditeur belge, né en 2006, qui a commencé par ne publier que sous la forme numérique : une expérience osée… et apparemment réussie. Onlit se consacre à la création littéraire contemporaine, via une revue en ligne dédiée aux formats courts, et un catalogue de fictions. Les textes, scindés en brefs chapitres, s’adaptent parfaitement à la lecture sur tablette. Les quatre derniers ouvrages de Onlit, dont celui de Patrick Delperdange, sont également sortis sur papier. Onlit Books est soutenu par la Fédération Wallonie-Bruxelles, dont on va reparler… (www.onlit.net.)

Lorsqu’on assure une chronique consacrée à la littérature belge, on se pose légitimement la question de la place de nos lettres dans les écoles. Eh, bien, il semble que nos auteurs bénéficient d’un vent favorable qui va faire tomber leurs plus belles pages sur les pupitres des élèves. Une recommandation, signée par nos ministres de l’Enseignement et de la Culture et distribuée dans toutes les écoles de la Fédération Wallonie-Bruxelles, insiste sur la nécessité d’enseigner notre littérature, en tant que belge, aux jeunes citoyens francophones. C’est, selon moi, un pas fondamental : lire un livre dont l’auteur nous est proche ou qui se déroule dans un lieu que nous connaissons, donne un autre sens à l’histoire. Et suscite un plaisir tout particulier que, j’espère, nous partageons ensemble chaque semaine.

La semaine prochaine nous parlerons d’un autre de nos auteurs, Anne Versailles, et de son Viola, publié à L’Arbre à paroles.

Une réflexion au sujet de « Patrick Delperdange, Patrick Delperdange est un sale type »

  1. Ping : Tous les lundis à 12 h 30 sur BXFM 104.3, on dévore des livres ! | EVELYNE GUZY

Les commentaires sont fermés.