Valérie Cohen, Alice et l’homme-perle & Corinne Hoex, Décollations

Le 5/5/14 : Valérie Cohen, Alice et l’homme-perle, Luce Wilquin. Roman 

Dimanche prochain, c’est la Fête des mères, je vous ai donc sélectionné deux livres de femmes, tout à fait différents. L’un est destiné aux adeptes du rose, l’autre à celles du rouge…

Si votre maman aime le rose, Alice et l’homme-perle lui ira à ravir. Ce livre nous raconte l’histoire d’une grand-mère, un brin mélancolique, qui chaque jeudi se rend en secret à l’aéroport d’Orly pour y observer les passagers. Elle vit dans une résidence pour retraités nantis, souvent un peu excentriques, où elle s’est construit de solides amitiés. Elle semble s’en satisfaire, jusqu’au jour où elle se surprend à avoir oublié la couleur des yeux d’un ancien amant… un homme-perle, apparemment, de ceux qui laissent en leurs amours passées des traces indélébiles…

 Valérie Cohen signe ici un troisième roman frais et optimiste. Comme le précédent, il est paru aux éditions Luce Wilquin. Cette éditrice promotionne avec ténacité des auteurs belges, essentiellement de fiction, qu’elle entoure de ses conseils. Parmi eux, Geneviève Damas, par exemple, qui a emporté le prix Rossel pour Si tu passes la rivière, alors que la maison fêtait ses 20 ans, en 2011.

Corinne Hoex, Décollations, L’Age d’Homme (La Petite Belgique). Fantaisie

Si votre maman préfère le rouge, elle s’enthousiasmera pour le livre de Corinne Hoex, Décollations, paru à l’Age d’Homme. Comme Valérie Cohen, Corinne Hoex vit à Bruxelles. Elle a publié plusieurs études sur les arts et traditions populaires, avant de se lancer, en 2001, dans l’écriture de romans et de poésie, principalement. Son œuvre a été de nombreuses fois primée.

Avec Décollations – au pluriel – Corinne Hoex ne fait pas dans la dentelle ! « Décollation » signifie en effet « décapitation », et le livre nous plonge dans une atmosphère de délicieuse cruauté adolescente, hors de tout cliché sur la douceur des femmes. On y devine l’histoire d’une jeune fille qui refuse de se prendre la tête face à des adultes qui tentent de lui bourrer le crâne. Et si réellement, comme ils le lui disent, elle n’avait pas de tête ? Forte de cette hypothèse, Corinne Hoex nous entraîne dans un univers de fantasmes. En magicienne des mots, elle joue avec les variations autour du mot « tête », dans un texte à la fois drôle et savant, truffé de calembours. Mais, au-delà de ce brillant exercice de style, elle nous pose, en filigrane, une question existentielle : notre tête peut-elle vivre sans notre corps et vice-versa ?

La semaine prochaine, nous parlerons des éditions Maelström reEvolution et du livre d’un de leurs auteurs, Serge Noël, Aux premières heures d’un jour nouveau. Mais avant cela, je vous invite à découvrir une des activités majeures de cet éditeur belge : le FiEstival, un festival international annuel de poésie, performances, danse et musique. Plus de 50 artistes de tous pays sont là, pour vous, à l’Espace Senghor ou à la Boutique maelstrÖm 4 1 4, du 15 au 18 mai. Vous trouvez toutes les infos sur le site dédié : www.fiestival.net.

Une réflexion au sujet de « Valérie Cohen, Alice et l’homme-perle & Corinne Hoex, Décollations »

  1. Ping : Tous les lundis à 12 h 30 sur BXFM 104.3, on dévore des livres ! | EVELYNE GUZY

Les commentaires sont fermés.